Spectacles Joliette

Les nouvelles du Centre culturel de Joliette


Poster un commentaire

Le Grand rassemblement familial des 10 ans de Petits bonheurs

Karine Cloutier_Crédit photo_Carl ArchambaultLe Centre culturel de Joliette vous convie à un événement des plus festif en l’honneur du 10e anniversaire de Petits bonheurs, le Grand rassemblement de danse familial, le dimanche 4 mai dès 10h, au Parc Olympique de Montréal.

Afin de célébrer le 10e anniversaire de Petits bonheurs, le Grand rassemblement aura lieu à l’Esplanade Sun Life du Parc Olympique, avec la chorégraphe Karine Cloutier, où la Danse en famille sera mise de l’avant. Ce sera sans aucun doute un moment de pur plaisir en plein air où plusieurs gens du Réseau Petits bonheurs, venant de Beloeil, Blainville, Joliette, Laval, Longueuil, Repentigny, L’Assomption, Sherbrooke, Trois-Rivières et Montréal, viendront former le cercle de la danse. Une rencontre intergénérationnelle inspirée par des rythmes africains, exécutés par des musiciens en direct, avec des mouvements simples, dans un cercle de danse pour les 0 à 99 ans. Il s’agit d’une activité gratuite.

Les familles désirant participer au rassemblement Danse en famille auront accès à une visite du Jardin botanique et à une montée dans le funiculaire de la tour du Stade Olympique et ce, tout à fait gratuitement. Pour ce faire, elles doivent se rendre sur notre site Internet au www.petitsbonheurslanaudiere.com, dans la section Programmation, et télécharger et imprimer le laissez-passer afin de le montrer sur place. L’Esplanade Sun Life est située au Parc Olympique, Secteur 100-B (Métro Pie-IX) à Montréal.

L’événement Danse en famille, depuis sa création en 2010, a joint plus de 2000 personnes. Rappelons également quele Festival Petits Bonheurs est une initiative de la Maison de la culture Maisonneuve qui vise à sensibiliser les tout‐petits aux différentes disciplines artistiques.

450 759-6202 // petitsbonheurslanaudière.com

Téléchargez le laissez-passer

Marie-Michèle Rivard pour le Centre culturel de Joliette


Poster un commentaire

Le festival Petits bonheurs en route ce jeudi!

Le festival Petits bonheurs sur les routes de Lanaudière approche à grands pas! Les festivités commenceront le 1er mai jusqu’au 15 mai prochain dans différents lieux et organismes de la MRC de Joliette, d’Autray ainsi que dans douze (12) municipalités de la MRC de la Matawinie.

Le Centre culturel de Joliette (CCJ) s’estime plus que fier cette année de présenter une trentaine d’activités, destinées aux 0‐6 ans, dont vingt‐huit (28) ateliers, trois (3) spectacles et une projection cinématographique (ONF). Le coup d’envoi du festival sera donné par l’atelier Le gros orteil le 1er mai à 10h à la salle L’Arsenal, animé par Marie-Hélène D’Amour. Cette dernière animera également cet atelier le 14 mai à 10h, mais cette fois-ci, ce sera au centre communautaire Pierre Dalcourt à
St-Félix-de-Valois. De plus, le 1er mai à 10h, dans la Municipalité de St-Alphonse-Rodriguez, c’est le Lanaudois Benoît Masson qui sera au centre communautaire pour y présenter son atelier Jeux de cirque pour les tout-petits. À noter que plusieurs activités peuvent se dérouler dans la même journée, dans différents lieux de Lanaudière.

Par ailleurs, la talentueuse Elsa Perez viendra animer son fameux atelier de théâtre Éveil au théâtre, au centre communautaire de St-Thomas le 3 mai, le Musée d’art de Joliette recevra le Théâtre de la Pire Espèce pour initier les enfants aux jeux d’ombres et de lumières le 3 mai également, le conteur et musicien Franck Sylvestre électrisera le centre communautaire de Crabtree le 4 mai avec son atelier-spectacle Le conte en musique, il y aura aussi le retour de la danse maman-bébé avec la professeure Magali Dudemaine de l’École de danse Symbiose le 7 mai et de la danse afro-contemporaine avec Karine Cloutier à Ste-Béatrix le 9 mai. Pour la Fête des Mères, la Municipalité de Rawdon recevra le Collectif Bois d’laine afin de faire découvrir aux enfants l’univers de la laine. Des rendez-vous familials à ne pas manquer!

Puisque les activités se déroulent sur un vaste territoire, la population est invitée à consulter le site Internet de Petits bonheurs afin d’obtenir la programmation complète et tous les détails relatifs aux lieux de diffusion des différentes activités, mais surtout à la réservation et achat de billets au www.petitsbonheurslanaudiere.com.

Rappelons quele Festival Petits Bonheurs, quicélèbre son dixième anniversaire cette année, est une initiative de la Maison de la culture Maisonneuve, située dans le quartier Hochelaga de Montréal. Il vise à sensibiliser les tout‐petits aux différentes disciplines artistiques et à leur permettre d’explorer le monde de la création.

petitsbonheurslanaudiere.com

Marie-Michèle Rivard pour le Centre culturel de Joliette


Poster un commentaire

Marius et Fanny, une pièce romantique vue par Anabelle Dagenais

Anabelle Dagenais photoMarius et Fanny, une histoire qui verse dans ce qu’il y a de plus romantique! Les personnages principaux, qui prêtent leur nom à la pièce, se côtoient depuis toujours et éprouvent, à leur insu, de forts sentiments amoureux l’un pour l’autre.

Fanny a le désir se marier avoue-t-elle à Marius, lors d’une discussion au «Bar de la Marine», tenu par César,Marius et Fanny_détail2 le père du jeune homme. Seulement, alors que leur destinée amoureuse semble tracée d’avance et sur le point d’éclore, on apprend que Marius chérit depuis longtemps le projet de prendre le large. Cependant, ce plan qu’il aspire ardemment à concrétiser, rend impossible toute union avec la belle.

Il hésite cependant lorsqu’il réalise qu’il n’est plus le seul à courtiser la jolie Fanny. En effet, le richissime maître-voilier du village, Panisse, de trente ans son aîné, souhaite avoir sa main. Fanny, voyant là une occasion en or de presser Marius vers une demande en mariage, use de combines pour simuler un intérêt envers le vieux prétendant. Elle réussit ainsi à éveiller un sentiment de jalousie chez Marius. Sa stratégie, quoiqu’habile, ne parvient toutefois pas à le convaincre de rester à ses côtés.

Devant cette évidence, Fanny accepte de le laisser partir, ne voulant pas freiner son bonheur. Quel destin, dès lors, attend ces deux personnages ?

Marius et Fanny_détailLA PIÈCE EN SOI
César, interprété par Rémy Girard, attirait particulièrement les rires du public. Attachant malgré ses défauts, il était indéniablement le favori de tous. La tante de Fanny, jouée par Sophie Faucher, nous charmait tellement elle était drôle et savoureuse, et ce, malgré son rôle modeste. Lorsqu’elle était sur scène, nous n’avions d’yeux que pour elle. Si Marie-Pier Labrecque (Fanny) et François-Xavier Dufour (Marius) offraient une prestation sans faute, l’interprétation de Rémy Girard et de Sophie Faucher a, sans conteste, volé la vedette.

Marseille à nos oreilles
Déroutant de prime abord, l’accent marseillais est vite assimilé, voire oublié, grâce à l’interprétation crédible des comédiens. On se laissait rapidement gagner par l’histoire. Les blagues, rédigées par Marcel Pagnol vers 1930, étaient quant à elles toujours actuelles, car ponctuées de rires sincères partagés partout dans la salle. Les pièces musicales choisies dénotaient une sélection minutieuse qui apportait une ambiance des plus réussies.

Marius et Fanny_détail3Marseille devant nos yeux
S’il n’y avait qu’un point sur lequel je pouvais insister, ce serait sur la splendeur des décors. La journée auparavant, j’avais visionné la version récente du film Marius, question de me mettre dans l’ambiance.Quel ne fut pas mon étonnement, quand, devant mes yeux, j’ai retrouvé une copie presque conforme du décor que l’on m’offrait dans le film. Si parfois la disposition d’une pièce de théâtre et les déplacements sont plus ardus qu’au cinéma, notre regard n’en était pas le moindrement gêné.

Une utilisation judicieuse de la lumière laissait deviner le moment de la journée à travers ce qui avait l’apparence d’une vitre. Tout aussi brillamment, l’éclairage formait des ombres chinoises d’où se dessinaient des mâts de bateaux.

Avec deux unités de décors, ce n’est pas moins de quatre lieux distinctifs que l’on visitait : l’intérieur et l’extérieur du «Bar de la Marine», la maison-boutique de Panisse, puis la demeure de Corinne, la mère de Fanny. Cette réussite, on la doit à l’excellent décorateur, Jean Bard.

Vous étiez sur place ? Laissez-moi vos commentaires! Il me fera plaisir de vous lire!

Rédigé par Anabelle Dagenais pour le Centre culturel de Joliette


Poster un commentaire

L’Envers du décor : Une conférence avec Marc Beaupré

logo_enversdudecor_web

Dans le cadre du projet L’Envers du décor, le Centre culturel de Joliette, en collaboration avec la Ville de Notre-Dame-des-Prairies, est heureux de présenter une troisième conférence qui aura lieu mardi 26 novembre à 19h, à l’Église de Notre-Dame-des-Prairies, avec comme animateur, le comédien joliettain, Marc Beaupré.

Venez découvrir l’univers de la pièce Les peintres du charbon des Tournées Jean Duceppe, une pièce touchante et vraie. Cette conférence spécialement conçue pour l’occasion sera dirigée par nul autre que l’acteur et metteur en scène de renom, Marc Beaupré.

mbeaupre_webNatif de Joliette, Marc Beaupré est un acteur très prisé du showbiz québécois, autant au théâtre, au cinéma qu’à la télévision.  Diplômé en 1999 de l’École nationale de Théâtre du Canada en Interprétation, sa prestation d’acteur a été plus que remarqué dans la populaire série 2 frères, de la même année, lorsqu’il interprétait un jeune voyou. Nous avons pu le voir également dans de nombreuses séries comme Rumeurs, Le Négociateur, Le Gentleman, Toute la vérité, Trauma, etc. Il a aussi reçu des prix et distinctions tels que le prix Gémeaux pour le meilleur rôle de soutien masculin dans 2 frères, même chose en 2008 dans la série Le Négociateur. D’ailleurs, c’est en 2008 qu’il se fait distinguer en tant que metteur en scène. Avec sa compagnie Terre des hommes, on le décrit comme étant  l’un des metteurs en scène les plus prometteurs de sa génération, puisqu’il a cette faculté à remanier les pièces classiques du répertoire pour les transposer dans un univers actuel.

La conférence

Marc Beaupré fera tout d’abord une insertion dans l’univers de la pièce Les peintres du charbon, une pièce de Lee Hall, traduite par Monique Duceppe. Puisque la pièce est basée sur un fait vécu, il présentera la véritable histoire des mineurs d’Ashington et pourra en dire davantage sur les nombreux messages qu’elle comporte. De plus, le comédien racontera quelques anecdotes de vie en tournée. Et puis, dans un troisième temps, il parlera de son métier de comédien et de metteur en scène et ainsi, il en fera découvrir davantage sur ces deux professions.

Tout le public lanaudois est invité à participer à cette conférence et l’entrée est gratuite. Il est tout de même important de réserver ses places à la billetterie du Centre culturel au 450 759-6202.

Le projet L’Envers du décor est une présentation du Centre culturel de Joliette et de la Ville de Notre-Dame-des-Prairies. L’Envers du décor est rendu possible grâce au soutien financier de Loisir et Sport Lanaudière et de la Conférence régionale des élus (es) de Lanaudière.

En savoir plus

spectaclesjoliette.com

 Marie-Michèle Rivard pour le Centre culturel de Joliette


Poster un commentaire

Une deuxième conférence pour En conversation : avec Éric Ladouceur

eladouceur_detailLe mardi 12 novembre prochain, à 20 h, aura lieu la seconde conférence de la série En conversation, un projet organisé conjointement par le Centre culturel de Joliette et le Musée d’art de Joliette (MAJ). Elle mettra en vedette l’artiste lanaudois Éric Ladouceur et la commissaire et historienne de l’art, Geneviève Goyer-Ouimette, et portera sur le travail de l’artiste et sa démarche, pour le moins, originale.

L’événement se tiendra dans le Foyer de la Salle Rolland-Brunelle, situé au 20, rue Saint-Charles-Borromée Sud, à Joliette. Que ce soit par la performance, le dessin, l’installation, la vidéo ou la peinture, l’imaginaire de l’artiste multidisciplinaire Éric Ladouceur appartient à l’univers du jeu et intrinsèquement à une certaine nostalgie de l’enfance. À travers une esthétique empruntée à la publicité et au monde des superhéros, il questionne les stéréotypes liés aux caractères identitaires de l’iconographie masculine. Il s’intéresse à différentes représentations du pouvoir inhérentes au mythe de l’éternelle jeunesse et au contrôle des masses. Son travail s’articule ainsi autour d’un intérêt pour les images subversives où l’ironie constitue à chaque fois un filtre. Dans cette perspective, il met en évidence les contradictions propres aux systèmes de mise en valeur des produits de consommation à la fois de manière critique, poétique et ironique.

Avec l’exposition AVOIR/SAVOIR/POUVOIR, la toute première exposition bilan consacrée à Éric Ladouceur et présentée en deux volets cet automne au Musée d’art contemporain des Laurentides (Saint-Jérôme) et à la Galerie Graff (Montréal), l’artiste détourne les images du pouvoir. Il « débusque les vilains » et brise les rêves préfabriqués. Par ses questionnements, il incarne la figure du « héros malgré lui », de l’antihéros qui devient sympathique et dont on appuie la cause, même si elle estdésespérée. La résistance artistique de Ladouceur face à une société de plus en plus autoritaire, sous ses apparences de liberté et de libre marché, rappelle que, bien que l’idéal ne puisse être atteint, rien n’empêche les gens d’emboîter le pas dans sa direction. Boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2004 et 2010 et de la Fondation suisse Christof-Merian, Éric Ladouceur a été lauréat des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière en 2009. Il a aussi agi à titre de commissaire d’expositions pour KAPOW une convention de superhéros présentée à AXENÉO7 à Gatineau en 2010, et en 2006 pour Réingénierie du Monde présentée simultanément aux maisons de la culture Frontenac et Plateau-Mont-Royal à Montréal. Il enseigne au département des arts du Cégep de l’Outaouais et il est représenté par la galerie Graff.

En conversation est rendue possible grâce au soutien financier de Loisir et Sport Lanaudière et de la Conférence régionale des élus(es) de Lanaudière.

En savoir plus

spectaclesjoliette.com

 

Marie-Michèle Rivard pour le Centre culturel de Joliette


Poster un commentaire

L’enquêteur Alain Lacoursière en conférence à la Salle Rolland-Brunelle

alacoursiere_webLe 29 octobre prochain à 20h, aura lieu la toute première conférence de la série En conversation, un projet organisé conjointement par le Centre culturel de Joliette (CCJ) et le Musée d’art de Joliette (MAJ). L’événement se tiendra dans le Foyer de la Salle Rolland-Brunelle, situé au 20, rue St-Charles-Borromée Sud, à Joliette.

Intitulée Quand l’art et la loi servent les criminels, la conférence mettra en vedette le célèbre enquêteur Alain Lacoursière, dont les quinze ans consacrés aux enquêtes relatives aux vols œuvres d’art, ont fait de lui un spécialiste reconnu en la matière sur la scène internationale. Alain Lacoursière propose donc pour cette conférence de mettre en lumière les différents crimes relatifs aux vols d’œuvres d’art, notamment l’enquête relative au vol perpétré au MAJ en 1988. Le trafic d’œuvres d’art est reconnu comme étant une des méthodes les plus faciles et les moins dangereuses de blanchir de l’argent. La contrefaçon et le vol d’œuvres d’art mobilisent des milliards de dollars et transactions dans le monde. Nous y verrons que, du voleur au receleur, en passant par le faussaire et le blanchiment de l’argent, la criminalité en ce domaine a de multiples visages. Simples curieux, professionnels du milieu des arts ou collectionneurs aguerris y découvriront un monde fascinant ou le crime organisé est omniprésent.

Policier pendant vingt-huit ans, dont plus de vingt ans en tant qu’enquêteur, Alain Lacoursière détient un diplôme universitaire en gestion du personnel de même qu’un baccalauréat en histoire de l’art. Récemment retraité, il a voué les six dernières années de sa carrière à développer des stratégies nationales au sein de la Sûreté du Québec afin d’assurer la relève en matière d’enquêtes en vol œuvres d’art. Il a donné plus d’une centaine de conférences dans plus d’une dizaine de pays, dont plusieurs prestations à titre de membre du Conseil international des musées (ICOM) de l’Unesco.

En conversation est rendue possible grâce au soutien financier de Loisir et Sport Lanaudière et de la Conférence régionale des élus(es) de Lanaudière.

En savoir plus

spectaclesjoliette.com

Marie-Michèle Rivard pour le Centre culturel de Joliette


Poster un commentaire

EN CONVERSATION : Un projet du Centre culturel de Joliette et du Musée d’art de Joliette

Le projet En conversation est une nouvelle série de conférences et d’expositions organisée conjointement par le CCJ et le Musée d’art de Joliette (MAJ). L’objectif : bonifier l’offre culturelle lanaudoise et créer des prétextes de rencontres susceptibles de faire découvrir autant des artistes de la relève que de faciliter l’accès à des spécialistes reconnus sur la scène internationale. Étaient présents lors de la conférence de presse, Monsieur Gilles Pitre, directeur général du CCJ, Madame Annick DeBlois, conservatrice à l’éducation au MAJ, ainsi que Michel Pelland, artiste en arts visuels.

En conversation débutera le 29 octobre prochain avec une exposition mettant en valeur le travail pictural de Mike Pelland dont les œuvres ont été notamment présentées au Musée d’art de Joliette en 2001 dans l’exposition La relève lanaudoise. Le public est invité à venir la visiter gratuitement dans le Foyer de la Salle Rolland-Brunelle pendant les heures d’ouverture de la billetterie, jusqu’au 30 novembre 2013.

Quant aux conférences, elles aborderont chaque mois une thématique différente, présentant des aspects inédits du monde de l’art, de la création artistique, ainsi que les dessous du milieu des arts, et ce, dans une ambiance détendue d’échange et d’ouverture. Chaque rencontre prendra la forme d’une conversation entre deux spécialistes qui seront en mesure de vulgariser et de diffuser le contenu de façon agréable, informative et enrichissante pour les participants. Une occasion unique pour le grand public de rencontrer et d’échanger avec ces différents spécialistes dans une atmosphère conviviale. La première de la série se tiendra le 29 octobre prochain mettant en vedette, le célèbre enquêteur Alain Lacoursière, dont les quinze ans consacrés aux enquêtes relatives aux vols œuvres d’art, ont fait de lui un spécialiste reconnu en la matière sur la scène internationale. La série se poursuivra le 12 novembre avec une conférence animée par l’artiste lanaudois Éric Ladouceur. Boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2004 et 2010 et de la Fondation suisse Christof-Merian, il a été lauréat des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière en 2009. Il a aussi agi à titre de commissaire d’expositions pour KAPOW une convention de super héros présentée à AXENÉO7 à Gatineau en 2010, et en 2006 pour Réingénierie du Monde présentée simultanément aux maisons de la culture Frontenac et Plateau-Mont-Royal à Montréal. Il enseigne au département des arts du Cégep de l’Outaouais et il est représenté par la galerie Graff.

En conversation est rendue possible grâce au soutien financier de Loisir et Sport Lanaudière et de la Conférence régionale des élus(es) de Lanaudière.

En savoir plus

spectaclesjoliette.com

Marie-Michèle Rivard pour le Centre culturel de Joliette